Critique CD: Les Vulgaires Machins - Requiem pour les sourds


Vendredi, 26 février 2010 15h25 par Sorstu.ca
«J’aimerais mieux que le ciel tombe / Que de ralentir au cinquième disque » crachent en chœur Guillaume Beauregard et Marie-Ève Roy du groupe Les Vulgaires Machins sur une chanson ironiquement intitulée Une Chanson acoustique.

L’extrait au tempo le plus rapide, de surcroît, aux guitares farouches et à l’attitude acerbe. Une bonne toune cruellement bien tournée, qui agit comme une savate précise sur la conscience, comme seuls les Vulgaires Machins savent en construire.


Crier dans les oreilles des sourds

Bien que cette pièce se retrouve au dixième rang dans la grille de chansons, elle pourrait bien servir de préavertissement pour l'écoute de ce Requiem pour les sourds.

Car, sachez-le, Guillaume Beauregard et ses Vulgaires Machins persistent et signent.

Ils rappliquent avec une cinquième dose de venin anti-capitaliste, de brassage de cage des esprits qui dorment au gaz et de propos sans détour qui miroitent l’hypocrisie et l’absurdité de notre monde néolibéral corrompu et voué à l’échec.

Les artistes complices et l’industrie du disque sont pointés du doigt dans Parasites. En ce qui a trait à la société et aux politiciens, aux citoyens irresponsables et à la (sur)consommation, à l'omniprésence du sport dans notre culture et à la publicité qui domine, les reproches sont saupoudrés à travers l’album avec un cynisme constant.

Même l’industrie de l’alimentation en prend pour son rhume dans Texture qui se mange. Eh oui, il est possible de chanter des paroles comme «Mes pâtes sont trop cuites / mes oeufs goûtent la truite / il y a tellement de sel / que mes reins abdiquent » sur un ton revendicateur!


Où est l’espoir?

Désolant tout ça? Certes. Et ils en sont conscients.

C’est d’ailleurs à ce niveau que les Vulgaires Machins nous apportent ailleurs : ils pointent le fusil en leur propre direction l’instant d’une chanson (Pointer l’orage) pour adresser le cœur même de cette «rancœur sans fin».

Sans désamorcer la lourdeur des propos, il fait bon explorer les raisons qui gardent vivant (et somme toute sain d’esprit) un être qui a fait une carrière (d’une quinzaine d’années déjà!) à fulminer et à râler un discours fataliste.

D’autant plus qu’on ne peut qu’apprécier le respect qu’a le bien-nommé parolier Guillaume Beauregard pour l’intelligence de ses auditeurs. Pas besoin de nous infantiliser, le chanteur propose une dose de sombre vérité, rassurante pour les détracteurs de la langue de bois.

 

Punk 101

Sur le plan musical, les quatre complices offrent une ixième mouture du format punk moderne. Trois ou quatre accords, des structures qui ne s’empêtrent pas dans les fleurs du tapis et une énergie brute qui ébranle les tympans avec la même ardeur que les textes.

À nouveau gonflés à bloc par la puissante réalisation de Gus Van Go – qui avait signé le précédent Compter les corps – les 13 brulôts des Vulgaires Machins sont soutenus par un imposant mur de guitares musclés et les omniprésents rythmes rectilignes.

Tout ce qu’il faut pour faire lever un album des Vulgaires Machins!

Moments forts :
Une chanson acoustique, Parasites, L’Escorte, Pointer l'orage

Moments moins forts :
Longer les murs, Prêts à tomber, Glace noire

Cote:

Source: Sorstu.ca